Koumarane Valavane

Koumarane VALAVANE

artiste suivant

Koumarane Valavane, diplômé d’une thèse en physique théorique, ancien comédien du Théâtre du Soleil, il a fondé la troupe Théâtre Indianostrum en 2007 en Inde. Le projet initial était de créer une structure professionnelle capable de donner un statut social et professionnel aux membres de la troupe et d’inventer un mode de financement permettant de poursuivre une démarche artistique exigeante. Cela a abouti rapidement à la création d’un théâtre à Pondichéry, lieu de création, de diffusion, de formation et aussi d’accueil qui a contribué à la production de quinze spectacles, à la formations de nombreux jeunes artistes indiens et aux collaborations avec le Théâtre du Soleil, la compagnie Utopia d’Armel Roussel, la compagnie Mia de Clara Bauer, le Théâtre de la Commune d’Aubervilliers, l’ENSAD et le CNSAD de Paris. Son travail tente de s’appuyer sur la puissance des traditions indiennes et sur la richesse de la dramaturgie européenne créant ainsi une démarche artistique originale dans le théâtre contemporain indien. Dans ses créations, il est question de la violence faite au nom d’une guerre ou d’un système, du sacré et des mythes, de la relation Homme-Femme dans la société indienne. Ses spectacles KuntiKarna, Terre de cendres et Karuppu ont fait l’objet d’une tournée en France. En 2018, Chandala, l’impur, une libre adaptation de Roméo et Juliette dans le contexte du système des castes a été coproduite par le Festival des Francophonies de Limoges, le théâtre de l’Union de Limoges et le Théâtre du Soleil. Programmé dans plusieurs festivals en Inde, en France, en Belgique et en Tunisie, Chandala l’impur a reçu deux Meta Awards, prix du théâtre en Inde, et le Prix spécial du Jury des spectateurs du théâtre de l’Union. Il a aussi fait l’objet d’un documentaire Janani-Juliet, l’entrée officielle de l’Inde aux Oscars 2019. Comme acteur, il a joué le rôle-titre dans le film indien Nasir qui a reçu le prix NETPAC au festival international de Rotterdam et le Grand Prix au festival international Andrei Tarkovsky Zerkalo en Russie. Comme traducteur, il a traduit en tamoul Les fleurs du Mal de Charles Baudelaire, Le dernier jour d’un condamné de Victor Hugo. Syngué sabour, Pierre de patience d’Atiq Rahimi est en cours de traduction avec le soutien du Centre National du Livre.